#VendrediLecture: La fiancée américaine et The Wild Things

9782923896496 La fiancée américaine, Éric Dupont, Marchand de Feuilles, 878 pages.
24.95$ prix non-membre; 22.00$ prix membre

Quand un roman gagne le Prix des Libraires du Québec, c’est toujours un très bon signe. Si, en plus, le même roman gagne le Prix des Collègiens (on sait bien que malheureusement le taux de lecture chez les jeunes est plutôt mince…), il faut courir se procurer ce roman et le lire tout de suite.

Lire la suite

#VendrediLecture: Serafim et Claire!

9782923896533

Serafim et Claire, Mark Lavorato, Marchand de Feuilles, 461 p.
Prix non membre: 34.95$; prix membre: 30.75$

Mark Lavorato, l’auteur Montréalais de Veracity et Believing Cedric présente ici son premier roman traduit au français.
Serafim et Claire est avant tout, évidemment, une histoire d’amour. Mais ce n’est pas une histoire d’amour ordinaire. Il y a plein de petits détails qui la rendent différente de ces histoires classiques où un gars rencontre une fille et se mettent ensemble à la fin du récit.

Lire la suite

Dernière semaine de suggestions de lecture BD #VendrediLecture

img1c1000-9782924049129

23h 72, Blonk, Pow Pow, 116 p.
24.95$ prix non membre; 21.95$ prix membre

JC est mort. Cependant, un jour il se lève, sort de son cercueil et « recommence » une vie normale. Après avoir vu son ex, qui lui confirme qu’elle a déjà recommencé sa vie avec quelqu’un d’autre (ça faisait quand même 9 mois qu’il était mort), JC se sent perdu. 

Il restera chez son grand ami Stef, même si la blonde de ce dernier n’accepte pas la situation comme ils l’auraient voulu…

Récit drôle et facile à lire, Blonk propose, avec son style décomplexé et coloré, un regard sur la vie monotone des couples au début de la trentaine. JC, un revenant qui essaie de récupérer sa vie là où il l’avait perdu, nous enseigne que, même si on a une deuxième opportunité, parfois les problèmes restent avec nous; et s’en sortir n’est pas si simple que ça. Lire la suite

#VendrediLecture On continue avec les suggestions de BD!

couverture_phobies_01Phobies des moments seuls, Samuel Cantin. Pow Pow, 160p.
22.99$ prix non membre; 19.95$ prix membre

Marcus Pigeon, médecin et astronaute, part en mission à l’espace. Phobies des moments seuls constitue son journal de bord.

Extrêmement drôle, Samuel Cantin crée un univers délirant. Une flotte de personnages extravagants mais attendrissants: un panda qui parle et qui s’habille toujours en T-Shirts de la NBA, un commandant avec des propos homosexuels et des manières militaires, des extraterrestres assez particuliers… Lire la suite

#VendrediLecture. Des bandes dessinées!

Afin de présenter la promotion du mois de mars (-10% sur le prix membre), voici deux suggestions de bandes dessinées!

9782924049068

Les deuxièmes, Zviane. Pow Pow Éditions, 128 p.
22.95$ prix non membre; 19.95$ prix membre

Les deuxièmes raconte l’histoire de deux amants qui sont en couple chacun de leur côté (d’où le titre).
Dans une luxueuse maison aux Pays-Bas, les deux amants se retrouvent pour partager passions, sexe, complicité et réflexions. La BD proposée par Zviane est une entrée indiscrète dans la vie intime du quotidien de deux jeunes musiciens dans leur quotidien: on les voit discuter, s’embrasser, parler de leur futur, jouer au piano, fumer un joint, se taquiner, cuisiner ensemble…

Zviane propose une histoire apparemment ordinaire racontée avec une maîtrise du mouvement, des ombres et de la lumière qui fait toute la force de son dessin. Les deuxièmes nous fait réfléchir sur nos relations, nos insécurités et notre façon de nous attacher aux autres. Lire la suite

#VendrediLecture: le nouveau roman de Dany Laferrière !

9782897123543_1_c_125Tout ce qu’on ne te dira pas, Mongo, Dany Laferrière
Éd. Mémoire d’encrier – 296 pages
Prix non membre: 29,95$ – Prix membre: 26,35$

Deux ans après de Journal d’un écrivain en pyjama, Dany Laferrière publie son dernier roman: Tout ce qu’on ne te dira pas, Mongo, le premier roman paru après son élection à l’Académie française.

L’écrivain d’origine haïtienne, avec son style toujours décontracté et serein en même temps, présente dans ce nouveau roman une rencontre avec Mongo, un jeune Camerounais qui vient d’arriver à Montréal.
Une rencontre qui arrive, comme la plupart des choses chez Laferrière, de la façon la plus banale, la plus légère: « Je descends la rue Saint-Denis vers le fleuve. On m’arrête au coin de la rue Cherrier. C’est un jeune homme au début de la vingtaine. »

Au jeune Mongo, Laferrière expliquera quarante années de sa vie. Quarante années depuis que le jeune Laferrière est débarqué au Québec pour la première fois. Quarante années de souvenirs, d’expériences, d’images délirantes et de réflexions autant émouvantes que surprenantes. Quarante années traduites ici en une magnifique carte d’amour au Québec racontée au jeune Mongo, aussi le jeune Laferrière.

« L’ARRIVÉE
C’est un moment intime, qui rappelle les débuts d’une relation amoureuse. On aime à revoir chaque détail. Mythologie intime. On est si affamé d’images fondatrices qu’on tente de tout décoder dès le premier instant. Je suis arrivé à Montréal au moment des Jeux olympiques de 1976 – combien de fois ce moment continuera-t-il à remonter à la surface de ma mémoire? Je me souviens que déjà dans l’avion on discutait ferme à propos de ces pays africains que s’étaient retirés des Jeux afin de protester contre la présence dans les stades des athlètes sud-africains. Comme on venait d’Haïti, on pensait que l’agent d’immigration allait nous interroger au sujet du boycott africain. Quelle position devrait-on adopter alors? C’est assez délicat pour des gens qui, comme nous, fuyaient pour la plupart la dictature. »

Écoutez ici l’entrevue de Dany Laferrière à propos de Tout ce qu’on ne te dira pas, Mongo, tirée de l’émission « Plus on est des fous, plus on lit ».

#VendrediLecture: Madame Victoria et 10 ans d’Éditions Alto!

Après La marche en forêt  (Finaliste – Prix des libraires du Québec 2012) et Le mur mitoyen (Prix France – Québec 2013), Catherine Leroux continue à nous surprendre avec son dernier roman Madame Victoria (dans la liste préliminaire dévoilée mercredi des Prix des libraires du Québec 2016).

ALTO-Victoria-COUV.indd

Avec son style unique, mélange d’originalité et poésie, Catherine Leroux s’inspire d’un fait divers réel (l’apparition d’un squelette à l’été 2001) et trace le portrait de dix femmes, de dix Mesdames Victoria qui auraient pu être la dépouille.

Dix histoires qui nous emmènent à différentes époques à travers le Québec. Dix histoires émotives, troublantes, lyriques, qui pointent le nord.

« Pour gagner sa vie, elle réalisait des travaux de comptabilité qu’on lui livrait par la poste. De temps en temps, en s’emparant des feuilles couvertes de chiffres, elle sentait ses doigts picoter, troublés par toute l’agitation, les ambitions et les inquiétudes qui grouillaient derrière les nombres qu’on lui demandait de compiler. Elle laissait alors les liasses de documents reposer quelques heures dans le halo du poêle à la bois avant de les reprendre. Elle terminait son travail percluse d’une fatigue distante, délicieusement différente l’épuisement suscité par ses maux d’autrefois. Elle attendait le milieu de la nuit pour aller glisser ses enveloppes dans la boîte aux lettres, certaine à cette heure de ne croiser rien d’autre que des vents immenses. »

Madame Victoria, Catherine Leroux
Éditions Alto – 196 pages
Prix non membre: 22,95$ – Prix membre: 19,95$


De plus, pour souligner et célébrer son dixième anniversaire, les Éditions Alto ont décidé de vous offrir une sélection de dix livres à 10$*!

«Vous pourrez rencontrer Aristote, recenser le peuple chinois, vous enivrer des parfums étranges de Maleficium, imaginer un livre infini, ouvrir la porte du ciel ou encore prendre une marche inoubliable en forêt… Ces titres sont des pierres angulaires de notre maison et nous ne pourrions en enlever aucune, c’est pour cela que nous vous proposons de les (re)découvrir.»

Parapluies – Christine Eddie (Finaliste – Prix littéraire de la Ville de Québec)
Maleficium – Martine Desjardins (Finaliste – Prix des libraires du Québec 2010)
Monsieur Ho – Max Férandon
La porte du ciel – Dominique Fortier
Parfum de poussière – Rawi Hage (Prix des libraires du Québec 2008)
La ballade des adieux – Lori Lansens
La marche en forêt – Catherine Leroux (Finaliste – Prix des libraires du Québec 2012)
Le juste milieu – Annabel Lyon
Le Christ obèse – Larry Tremblay (Prix littéraire du Salon du livre du Saguenay)
Un jardin de papier – Thomas Wharton (Prix littéraire du Gouverneur général, catégorie traduction)

De notre côté, nous voulons aussi nous joindre à la fête d’Alto: elle sera notre maison d’édition du mois! Pour leur souhaiter un très bon anniversaire, tous les titres Alto auront un rabais de 10% sur le prix membre.**

12248772_10156100002605391_4612378_n

*Promotion valide jusqu’au 31 janvier et dans la limite des stocks disponibles.
** Promotion valide seulement en magasin, du 23 novembre au 23 décembre 2015.

 

#VendrediLecture: Les enfants de Liverpool

9782897112295Les enfants de Liverpool, Hugues Corriveau
Éditions Druide – 263 pages
Prix non membre: 22,95$ – Prix membre: 20,20$

Liverpool. Février 1993. Robert Thompson et Jon Venables, âgés de dix ans, kidnappent et tuent horriblement un bébé de deux ans, James Bulger. Un fait divers qui consterna la planète entière. Comment deux enfants nés au sein du monde occidental en sont venus à commettre une telle atrocité? Qu’est-ce qui les a poussés à un tel acte; quelles étaient leurs motivations?

Hugues Corriveau, 22 ans plus tard, reprend cette histoire perdue dans l’oubli pour en écrire une chronique. Bien que le récit se lise comme un roman, il est écrit comme une chronique que tout journaliste voudrait écrire: précise; en ayant accès à tous les documents, tous les dossiers. Corriveau essaie de comprendre le mal installé chez Thompson et Venables, essaie de savoir comment et surtout pourquoi on peut en arriver à commettre un tel crime.

Une lecture incontournable pour celles et ceux qui essaient de comprendre, d’approfondir leur connaissance de la nature humaine.

« Voilà, cette histoire vous cerne. Vous n’êtes pas fous, vous n’êtes pas des pervers asociaux. Vous êtes des enfants du pays, pauvres et démunis, vivant dans un quartier défavorisé, comme des milliers d’autres. Et vous êtes des enfants normaux, vous qui vous levez un matin, qui décidez de ne pas aller à l’école, qui êtes déterminés à faire la peau à quelqu’un. Personne, ni pendant les interrogatoires ni pendant le procès, ne cherchera à savoir pourquoi des enfants normaux agissent ainsi, un matin normal d’une normale semaine sans histoire. Dans cette société, justement, qui vous a vus naître, et grandir, et commettre l’impardonnable. »

Écoutez ici l’entrevue de Hugues Corriveau, tirée de l’émission « Plus on est de fous, plus on lit! », du 9 novembre dernier.

#VendrediLecture: Le Prix du Gouverneur général a été dévoilé !

Dans le cadre de notre #VendrediLecture, nous vous proposons une liste de suggestions sous le thème des prix du Gourverneur général. Quatre livres tout à fait différents entre eux qui, en proposant une panoplie thématique au goût de toute sorte de lecteurs, ont un même élément en commun: la qualité littéraire.

Depuis leur création en 1937, les prix du Gouverneur général sont devenus un des prix littéraires les plus prestigieux du Canada. Mercredi dernier, la liste des gagnants dans les sept catégories (romans – littérature jeunesse texte et illustré – théâtre – poésie – essai – traduction) a été dévoilée.

Gagnant dans la catégorie de Romans et nouvelles

Six degrés de liberté, Nicolas Dickner (Éditions Alto)

9782896942183

Où l’on raconte l’histoire d’une jeune fille qui désire repousser les limites de l’expérience humaine, d’un hacker qui veut optimiser la circulation mondiale des bananes et des coussins, d’une employée de la GRC qui rêve d’en finir une bonne fois pour toutes avec la géographie, d’un septuagénaire qui perd un boulon, d’une acheteuse compulsive bipolaire, de six perruches et d’un chat intermittent, tous unis dans un jeu de société à l’échelle planétaire dont personne ne connaît les règles.

Prix non membre: 27.95$ – Prix membre: 24.60$

Finalistes dans la catégorie de Romans et nouvelles

À la recherche de New Babylon, Dominique Scali (Éditions La Peuplade)

20151106_081333

New Babylon n’existe pas. Mais s’il fallait créer cette ville, les duels y seraient permis et il n’y aurait pas d’autre loi que celle interdisant les hommes de loi. On y aurait constamment le souffle coupé, à cause des paysages, et ultimement parce qu’on y finirait la gorge tranchée. Ce serait un endroit dangereux où, enfin, chacun connaîtrait sa vraie valeur.
Dans ce western enlevant, qui dépeint avec minutie l’Ouest américain des années 1800, le Révérend Aaron, Charles Teasdale, Russian Bill et Pearl Guthrie fouillent le désert à la poursuite d’un idéal impossible, laissant derrière eux les empreintes de leurs destins. Dans un monde où rien ne dure, «il n’est pas question de fuir la mort, mais de choisir son arène».

Prix non membre: 27.95$ – Prix membre: 24.60$

Sèna, Françoise de Luca (Éditions Marchand de feuilles)

20151106_081347

Quand la voisine italienne sait éteindre toutes les tristesses d’un garçon né dans une famille effrangée, la mère se venge. Mais comme pour donner de la force au petit, la voisine l’enchante en cousant des habits aux poignets mousquetaires, en tricotant des pulls au point de riz, des écharpes au point de sable et, pour lui, un bonnet en côtes torsadées. Jusqu’au jour où il délaisse le silence de fossile de sa famille pour découvrir l’ailleurs, la douceur, et se souvenir de l’odeur du tilleul.
C’est sur une banquette en cuir dans le bar du restaurant Le Train Bleu que ce garçon devenu homme réalisera toute la détresse provoquée par sa famille. Son incapacité à vivre son histoire avec la belle Sèna est inversement proportionnelle à l’amour qu’il ressent pour elle. Pourquoi la trahit-il? Peut-il la retrouver? Ce sont les questions qui cherchent une reponse dans ce très beau roman de Françoise de Luca.

Prix non membre: 21.95$ – Prix membre 19.35$

La Fabrica, Marilyne Fortin (Éditions Québec Amérique)

20151106_081354

Blaise croyait qu’il avait laissé derrière lui la misère de son enfance. Que, malgré les stigmates de son passé, il deviendrait un artiste accompli. Mais, en l’an de grâce 1539, la Rennaissance a beau étendre ses lumières sur l’Europe, elle éclaire difficilement ceux qui, comme lui, sont issus de la fange des ruelles.